Fred Calmets

Plasticien/Peintre - Poitiers

Naissance d’un peintre  – A ses débuts, Fred Calmets s’initie aux arts visuels en pratiquant l’aérosol dans les lieux publics, mais il mettra rapidement son « crew » de côté au profit d’une démarche artistique plus indépendante et classique : la peinture.

Le crâne / Calmets peint son premier crâne en 2009. Il s’inspire d’images trouvées sur le Net, d'authentiques crânes qu’il achète ou qu'on lui prête. Et, très vite, ce genre pictural va devenir un thème récurrent, qu’il souhaite revisiter à sa manière. Ses figures emblématiques de la mort nous rappellent celles de Philippe Pasqua dont le parti pris esthétique reste également très imposant et puissant. L’effet miroir que nous renvoient ces crânes est évident. Fascination et malaise sont de rigueur. « N’oublie pas que tu vas mourir… » Correspond bien ici à l’un des messages clés d’une génération d’artistes, qui, à la recherche d’un Carpe Diem, cette jouissance de l’instant présent, par la représentation de crânes, crient haut et fort, il faut vivre !

Les fleurs / Après avoir intégré la notion d’anthropocène, qui désigne une ère dominée par les activités humaines et leur impact sur la planète, le motif floral devient pour Calmets un outil de réflexion. Si l’espèce humaine tend à disparaitre, la nature, elle, restera. « Comme les crânes, je voulais la nature en tant que sujet, seule, simplement... ». La figure humaine, qui était jusqu’à présent, placée au centre de ses œuvres, qui errait et se perdait dans la nature, disparait dans cette nouvelle série, au profit du règne végétal. Comme Georgia O’Keeffe, dont le génie fut de s'éloigner de la représentation classique de nature morte, pour retranscrire le ressenti des fleurs, Calmets resserre ses cadrages et navigue entre la figuration et l’abstraction. Il se concentre sur les courbes, la texture, les couleurs, capte le mouvement et des instants sauvages que la nature nous offre. Sa touche picturale, volontairement apparente, épouse le mouvement des feuilles et des pétales.  Toutes ces nouvelles sensations qu’il souhaite mettre en avant sont sublimées par l’utilisation de la peinture à l’huile. Une technique nouvelle pour l’artiste, qui préférait jusqu’à présent la rapidité d’exécution de l’acrylique. Ce changement pictural lui réapprend la patience en travaillant la superposition de couches successives de couleurs à l’huile, avec tous les accidents que cela comporte.

  • Grandes fleurs jaunes
  • Kandy kush
  • Mask
  • Monstera
  • Pink skull
  • Posé
http://www.emmanuellerousse.com/192-399/witch.jpg
  Survoler l'image pour
zoomer

Grandes fleurs jaunes

2019
Huile sur toile
130 x 97 cm